ménigite ou méningisme

Méningisme ou pas ?

 

nous avons écris cette article est posté aussi sur  ACTUAMBU 14 AOÛT 2013 

Méningisme

14 août 2013, 08:08

Méningisme

Nous aimerions êtres rassurés lorsque nous transportons un patient que nous avons pris à son domicile (au fond de la Pampa ).

Mais cependant ce jours là le toubib de garde n’est pas disponible. Et nous sommes les seuls interlocuteurs avec le 15, Donc au plus nous aurons de signes clinique à communiquer au samu aux mieux ça ira . Mais je le dis bien attention nous ne sommes pas docteur donc à chacun sa place. Libre au régulateur de vous signaler la conduite à tenir mais toujours est il au plus nous prendrons de précautions pour nous protéger au mieux ce sera …

 

Définition du mot Méningisme :

Méningisme ou pseudo-méningite : ensemble de symptômes pouvant évoquer une méningite sans qu’il y ait une atteinte inflammatoire des méninges.

 

Signes cliniques

La méningite virale ressemble à une grippe et présente peu de risques.

Généralement, les symptômes disparaissent d’eux-mêmes au bout de deux semaines. Elle touche plus communément les enfants et les jeunes adultes. Comme pour la plupart des maladies virales, cette méningite ne peut pas être soignée avec des antibiotiques. Par contre, les symptômes de la méningite bactérienne se développent rapidement, en l’espace de 1 à 2 jours, et peuvent même causer la mort en quelques heures.

De ce fait, il faut appeler immédiatement un professionnel de la santé si les symptômes suivants apparaissent.

Chez les adultes, un mal de tête sévère est le symptôme le plus commun de la méningite. Ce dernier survient dans presque 90 % des cas de méningite bactérienne, suivi d’une raideur de la nuque.

 

La triade classique des signes diagnostiques se compose d’une raideur de la nuque, d’une forte fièvre subite et d’un état mental altéré. Cependant, ces trois caractéristiques sont présentes ensemble dans seulement 44-46 % des cas de méningite bactérienne. Si aucun de ces trois signes n’est présent, la méningite est extrêmement peu probable. D’autres signes couramment associés à la méningite comprennent la photophobie (intolérance à la lumière) et la phonophobie (intolérance aux bruits forts). La raideur de la nuque se produit dans 70 % des cas adultes de méningite bactérienne.

D’autres signes de méningite incluent la présence

 

de signe de Kernig positif :

http://www.youtube.com/watch?v=y5KADmK2heA

Le signe de Kernig se recherche en pliant les cuisses sur le bassin, jambes étendues. Une douleur apparaît, s’opposant au maintien en extension des genoux et obligeant le patient à fléchir les jambes sur les cuisses. Une manière alternative de procéder est de demander au patient allongé de se redresser et de s’asseoir : on observe une flexion des jambes et cuisses sur le bassin

 

ou signe de Brudzinski :

http://www.youtube.com/watch?v=jO9PAPi-yus

 

Réflexes découverts par le polonais Joseph Brudzinski (1894-1917) et se caractérisant par :Un fléchissement important de la jambe et de la cuisse d’un côté, le malade étant en décubitus dorsal (allongé sur le dos), entraîne une flexion identique du membre de l’autre côté. Quelquefois, à la place d’une flexion, une extension appelée alors réflexe réciproque. Une flexion des membres inférieurs lorsque le manipulateur provoque une flexion en avant de la nuque.

 

Un autre test, appelé la « manœuvre de l’accentuation secousse »

Elle permet de déterminer si la méningite est présente chez les patients signalant une fièvre et des céphalées. Il est demandé au patient de tourner rapidement la tête à l’horizontale. Si cela ne rend pas le mal de tête plus douloureux, la méningite est peu probable.

 

D’autres indices quant à la nature de la cause de la méningite peut être des signes cutanés de la main, la fièvre aphteuse et l’herpès génital, qui sont tous deux associés à diverses formes de méningite virale. Parfois aux signes d’encéphalite s’ajoutent notamment somnolence, confusion, épilepsie, déficit sensitivo-moteur (paralysie ou paresthésie). Aussi, dans ce cas on parle de méningo-encéphalite.

 

Donc pour le transport :

- Prise des constantes

- En cas de photophobie passer les rampes de lumières en mode veilleuse

- Masque chirurgical pour le patient

- Masque et gants pour l’équipe

- tout les déchets réunis au même endroit dans un  » sac dasri « 

- Les effets personnels réunis dans un sac

- survellance des constantes et du patient tout le long du trajet etc .

 

Gétou

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

×